© shigemi okano/Shutterstock.com

Quelle pompe à chaleur pour ma maison ?

Travaux

13 août 2020

Il existe plusieurs types de pompes à chaleur. Le choix dépend du budget, de la surface à chauffer, du terrain et du climat. Tour d’horizon des systèmes.

3 minutes

Plusieurs systèmes très différents

Vous entendez parler de pompe à chaleur (PAC) air/air, air/eau, sol/sol, sol/eau, eau/eau ou eau glycolée/eau. Le premier terme désigne l’origine du prélèvement, le second le mode de distribution de la chaleur dans le logement. Seule exception : la PAC eau glycolée/eau qui puise la chaleur dans le sol (avec des capteurs enterrés contenant de l’eau glycolée).
Toutes ces pompes à chaleur fonctionnent avec un même principe (un échangeur de chaleur), mais ont des contraintes et des rendements assez différents.

Pour installer une PAC géothermique à capteurs enterrés horizontaux, vous devez bénéficier d’un terrain suffisant autour de votre habitation.

Distances minimum pour les capteurs enterrés horizontaux : à plus de 2 mètres des arbres, à au moins 1,5 mètre des réseaux enterrés non hydrauliques, à au moins 3 mètres des fondations, puits, fosses septiques et réseaux d'évacuation

 

Une PAC géothermique à capteurs enterrés verticaux ne peut être installée qu’après plusieurs démarches administratives concernant le forage.

Une PAC sur eau de nappe exige des conditions très spécifiques et nécessite des démarches administratives.

Pompe à chaleur eau/eau : exemple d'une pompe à double forage. Deux forages sont nécessaires : un pour le puisage de l'eau de nappe aquifère par pompe immergée, un pour le rejet de l'eau dans la nappe.

 

Si vous installez une PAC aérothermique, dans les climats rigoureux, il sera peut-être nécessaire de faire installer un appoint de chauffage. Attention au voisinage, certaines sont plus bruyantes que d’autres. Il peut être nécessaire d’installer des dispositifs pour limiter la nuisance (écran antibruit, pose sur des plots anti-vibratiles, etc.). En copropriété, avant d’installer une PAC aérothermique, il faut vérifier que ce type d’appareil y est autorisé.

PAC air extérieur/eau dite « mixte » : unité extérieure de PAC reliée par tuyaux et module hydraulique aux planchers chauffants. PAC air extérieur/air intérieur : deux unités de PAC, une intérieure (dans les combles) et une extérieure, équipées d'une liaison frigorifique entre elles.

 

Pour en savoir plus sur le rendement et le prix de chaque pompe à chaleur, consultez notre guide « Se chauffer mieux et moins cher » (PDF, 1,03 Mo)

Le point sur les pompes à chaleur réversibles

En inversant le cycle du fluide frigorigène, la pompe à chaleur puise des calories dans le logement et les rejette à l’extérieur. Les PAC munies de ce dispositif sont dites « réversibles ». Elles assurent une baisse modérée de la température, de l’ordre de 3 à 4℃ de moins qu’à l’extérieur. Il s’agit donc d’une fonction de rafraîchissement et non de climatisation. Par ailleurs, certains climatiseurs individuels réversibles assurent une fonction « chauffage ». Ils ne sont en général pas adaptés aux besoins de chauffage d’hiver, car ils ne sont pas dimensionnés pour cela. L’installation d’un système réversible incite à la consommation d’électricité tout au long de l’année pour les besoins d’un certain confort thermique alors qu’une pompe à chaleur uniquement dédiée au chauffage n’en utilise que l’hiver.

Pour en savoir plus sur les systèmes de climatisation, consultez l’article « Climatisation : comment bien la choisir ? »

Un entretien à ne pas négliger

Pour les pompes aérothermiques, il faut que l’air circule librement autour de l’unité extérieure. Il faut donc veiller régulièrement à ce qu’aucun obstacle (feuilles d’arbres, objets divers) ne vienne gêner cette circulation ; les bouches d’insufflation et les unités à détente directe doivent être dépoussiérées et nettoyées périodiquement (à l’eau savonneuse).

Pour les pompes géothermiques, l’utilisateur n’a pas d’entretien particulier à assurer lui-même. Comme une chaudière classique, la pompe à chaleur a une durée de vie de l’ordre de 15 ans. Les capteurs enterrés ont une durée de vie beaucoup plus longue, supérieure à 40 ans. 

Pour que l’installation conserve ses performances et dure longtemps, il faut la faire surveiller et entretenir par un spécialiste tous les ans. Il contrôlera en particulier l’étanchéité du circuit frigorifique. Cette vérification est obligatoire pour les machines contenant plus de 2 kg de fluide frigorigène et ne peut être effectuée que par une entreprise qualifiée respectant la réglementation existante. Signer un contrat de maintenance, c’est s’assurer d’une visite annuelle (éventuellement bisannuelle pour une PAC réversible) pendant laquelle un technicien réalisera la liste d’opérations définies par le contrat.

Vous aimerez aussi

Que faire de mes déchets ?

Maison

3 juin 2020

Pour nous protéger et protéger notre planète, jetons nos masques, gants, mouchoirs et lingettes à usage unique dans les poubelles de rue ou, chez nous, dans la poubelle tout-venant. Ensemble, adoptons les bons réflexes.

1 minute

Pourquoi il ne faut rien brûler dans son jardin

Maison

10 juillet 2020

Tontes de pelouse, branchages, feuilles mortes, etc. Chaque Français génère environ 160 kg de déchets verts par an. Alors qu’il est interdit de les brûler dans le jardin, 9 % continuent à s’en débarrasser ainsi. Pourtant d’autres solutions existent.

2 minutes

Canicule : comment garder son logement frais ?

Maison

25 juin 2020

Des solutions existent pour garder la fraîcheur dans son logement. La climatisation n’est pas toujours incontournable. Et n’achetez surtout pas votre appareil dans l’urgence, vous risqueriez de faire un mauvais choix.

3 minutes