Maison en travaux
Jean-Marie Bernier / Terra

Produire son électricité

Travaux

12 août 2020

Découvrez toutes les solutions pour produire de l’électricité depuis votre domicile.

4 minutes

Installer des panneaux solaires photovoltaïques

Une installation de 25 m2 de panneaux photovoltaïques peut produire en un an l’équivalent de la consommation électrique (hors chauffage, cuisine et eau chaude) d’une famille de 4 personnes, soit environ 2 500 kWh.

La production électrique individuelle prend tout son sens quand elle s’intègre dans une démarche de maîtrise des consommations d’électricité : utilisation d’équipements électriques très performants, suppression des veilles inutiles, bons gestes d’économies d’énergie.

Vendre ou auto-consommer l'électricité ?

Vous pouvez utiliser chez vous l’électricité que vous produisez (auto-consommation) ou de la vendre à une compagnie d’électricité, dans la majorité des cas à Électricité de France (EDF). Il peut s’agir aussi de régies locales de distribution d’électricité. Dans les deux cas, un contrat est établi entre vous et la compagnie pour le prix d’achat du kilowattheure que vous produisez.

Le tarif d’achat en vigueur au moment de la signature du contrat restera valable pendant toute la durée du contrat (20 ans). Pour déterminer votre tarif, consultez le site photovoltaique.info

Quelques vérifications avant de vous lancez

Faites une évaluation précise de votre consommation d’électricité et une estimation de la dimension des capteurs nécessaires à installer. C’est en général sur le toit de votre maison que vous trouverez la place nécessaire à l’installation de modules photovoltaïques (10 à 30 m²). Il est tout à fait possible de les intégrer aussi à une façade. Ils sont alors utilisés comme matériaux de construction.

Vérifiez la bonne orientation de votre toit : au sud, c’est l’idéal. Sud-est ou sud-ouest, c’est encore possible. Mais attention surtout aux ombres portées (bâtiments voisins, arbres, etc.) qui occulteraient le rayonnement solaire.

Il est préférable de vérifier que rien n’empêche l’installation (proximité d’un monument historique, site protégé, etc.) en se renseignant à la mairie.

Comment choisir un installateur ?

  • adressez-vous de préférence à professionnels RGE. La mention « Reconnu Garant de l’Environnement » signale les entreprises s’engageant dans une démarche de qualité ;
  • demandez à l’installateur des références précises et détaillées ;
  • demandez une copie de l’attestation de garantie décennale valide mentionnant « installation photovoltaïque » au futur installateur ;
  • assurez-vous que l’installateur fait certifier ses installations par le CONSUEL (organisme agréé par l’État fournissant une attestation après vérification que l’installation respecte les normes de sécurité électrique) ; 
  • vérifiez la garantie du constructeur des panneaux photovoltaïques et la référence aux normes NF-CEI 61215 (silicium cristallin) et NF-CEI 61646 (couches minces).

Un site incontournable pour vous renseigner : photovoltaique.info

Un guide pour vous accompagner dans votre projet pas à pas : le guide pratique « L’électricité solaire » 
 

Installer une éolienne demande une grande réflexion

C’est un projet ambitieux, contraignant et qui demande un budget conséquent (10 à 40 000 €). Cette solution n’est pas toujours la plus adaptée à la situation et aux besoins des citoyens. Prudence si vous êtes sollicités.

Quelques précautions à prendre

Pour réussir votre installation, il est essentiel que :

  • le terrain soit dégagé, exposé au vent et situé proche du point d’utilisation ; 
  • le vent soit exploitable. Un test doit être réalisé pendant trois mois au minimum pendant les mois venteux (en hiver) ;
  • la technologie soit éprouvée : les éoliennes à trois pales bénéficient de retours d’expérience probants et sont les plus courantes sur le marché. Plus l’éolienne est haute, meilleure sera la production d’électricité. L’achat d’une éolienne sans diagnostic préalable avec mât de mesure est fortement déconseillé ;
  • toutes les démarches ont été menées ; Pour une éolienne supérieure à 12 mètres, un permis de construire est nécessaire. Il faut également effectuer une déclaration ou une demande d’autorisation d’exploiter, une demande de raccordement, une demande de certificat ouvrant droit à l’obligation d’achat et enfin une demande de contrat d’achat ;
  • malgré une durée de vie moyenne de 20 ans, les constructeurs proposent généralement une garantie de deux ans seulement, sur laquelle s’alignent les installateurs. Il est donc fortement conseillé de demander une extension à cinq ans minimum. Une assurance « responsabilité civile professionnelle » est obligatoire. Elle est liée à la production d’électricité et couvre les éventuels dommages causés à des tiers pendant l’exploitation ;
  • prenez le temps de réfléchir : visitez des installations déjà réalisées, obtenez plusieurs devis détaillés (modèles proposés, matériels certifiés, coûts, garanties…), consultez votre conseiller FAIRE.

Pour en savoir plus, consultez la fiche Installer une éolienne chez soi : bonne ou mauvaise idée ? (PDF - 271.83 ko)
 

La chaudière à micro-cogénération gaz pour quelques situations très spécifiques

Cet appareil est également appelé « chaudière électrogène » ou « écogénérateur ». Il est annoncé comme la troisième génération de chaudières gaz après la chaudière classique et la chaudière à condensation.

Sa particularité est de produire à la fois, à partir de la même source d’énergie, de la chaleur et de l’électricité. Ce système, en plus de vous permettre de chauffer votre habitat et votre eau chaude sanitaire, vous permet de devenir producteur d’électricité pour une partie de vos besoins. Il n’est pas adapté aux logements dont les besoins de chaleur sont faibles (maison bien isolée) et coûte assez cher.

La revente d’électricité issue de micro-cogénération ne bénéficie pas de tarif spécifique comme le photovoltaïque. L’électricité produite par votre chaudière à micro-cogénération est généralement utilisée pour l’auto-consommation du logement.

Pour pouvoir utiliser cette électricité, vous devez raccorder votre installation au réseau électrique.
Renseignez-vous auprès de votre installateur pour savoir comment raccorder votre chaudière au réseau électrique. Il faut prévoir des coûts de raccordement au réseau par ENEDIS et demander l’abonnement à un deuxième compteur électrique.

Quand il n’y a pas ou peu de demande d’électricité dans votre logement au moment de la production, le surplus d’électricité est alors directement et automatiquement injecté dans le réseau (il y a alors vente d'électricité). Il faut cependant avoir conclu au préalable un contrat d’obligation d’achat avant de vendre l’électricité produite.

Pour en savoir plus, consultez enedis.fr

Vous aimerez aussi

Que faire de mes déchets ?

Maison

3 juin 2020

Pour nous protéger et protéger notre planète, jetons nos masques, gants, mouchoirs et lingettes à usage unique dans les poubelles de rue ou, chez nous, dans la poubelle tout-venant. Ensemble, adoptons les bons réflexes.

1 minute

Pourquoi il ne faut rien brûler dans son jardin

Maison

10 juillet 2020

Tontes de pelouse, branchages, feuilles mortes, etc. Chaque Français génère environ 160 kg de déchets verts par an. Alors qu’il est interdit de les brûler dans le jardin, 9 % continuent à s’en débarrasser ainsi. Pourtant d’autres solutions existent.

2 minutes

Canicule : comment garder son logement frais ?

Maison

25 juin 2020

Des solutions existent pour garder la fraîcheur dans son logement. La climatisation n’est pas toujours incontournable. Et n’achetez surtout pas votre appareil dans l’urgence, vous risqueriez de faire un mauvais choix.

3 minutes