© K.-U. Häßler

Un jardin au naturel

Jardinage

4 juin 2020

Jardiner sans pesticide, utiliser son propre compost comme engrais, choisir des variétés de plantes bien adaptées… C’est protéger la planète et votre santé aussi !

3 minutes

Retenez ces 5 conseils essentiels

  • Associez certains végétaux : les plantes aromatiques (lavande, thym, sauge, etc.) exercent une certaine protection des plantes voisines contre les insectes ravageurs.
  • Variez les plantes cultivées chaque année pour rompre le cycle de développement des parasites et limiter leur contact avec les cultures auxquelles ils s’attaquent. L’idéal, si la taille du jardin le permet, est d’attendre 3 à 5 ans selon les plantes.
  • Ne serrez pas trop les plantations et taillez régulièrement les haies et les arbustes pour faire pénétrer la lumière afin d’éviter la stagnation d’eau après la pluie et le développement des maladies.
  • Couvrez le sol avec du paillage pour éviter le développement des mauvaises herbes et éviter l’évaporation trop rapide de l’eau en plein été.
  • Enfin, utilisez du compost ou du fumier pour améliorer la fertilité du sol et renforcer la résistance des cultures en nourrissant les plantes.

 

Donnez un petit côté sauvage à votre jardin

  • Adoptez la tonte haute (6 à 8 cm), qui renforce l’enracinement du gazon et sa résistance à la sécheresse, et permet d’empêcher la germination de graines indésirables et le développement de la mousse.
  • Laissez l’herbe et les fleurs vagabondes esthétiques (rose trémière par exemple) se développer dans les allées gravillonnées en terre battue, ou entre les pavés : elles prendront la place des herbes indésirables.
  • Créez des espaces favorisant la biodiversité et la présence de certains insectes ou animaux ennemis des ravageurs donc très utiles au jardin. Par exemple, aménager des coins de végétation dense, des haies fleuries, des mares ou créer des abris plus spécifiques : nichoirs et mangeoires pour les batraciens et les oiseaux, petit muret en pierre pour les lézards.

Économisez l'eau

  • Arrosez le matin ou le soir, l'évaporation de l'eau sera moins importante qu'aux heures les plus chaudes.
  • Installez un récupérateur d'eau de pluie, réputée meilleure pour le jardin, car elle ne contient pas de chlore ni calcaire.
  • Récupérez l'eau utilisée pour laver vos légumes ou l'eau de cuisson des aliments comme les pâtes ou les pommes de terre, pour arroser vos fleurs et vos plantes en pot. Certaines eaux de cuisson peuvent être très bénéfiques pour vos plantes.

Vous aimerez aussi

Que faire de mes déchets ?

Maison

3 juin 2020

Pour nous protéger et protéger notre planète, jetons nos masques, gants, mouchoirs et lingettes à usage unique dans les poubelles de rue ou, chez nous, dans la poubelle tout-venant. Ensemble, adoptons les bons réflexes.

1 minute

Canicule : comment garder son logement frais ?

Maison

25 juin 2020

Des solutions existent pour garder la fraîcheur dans son logement. La climatisation n’est pas toujours incontournable. Et n’achetez surtout pas votre appareil dans l’urgence, vous risqueriez de faire un mauvais choix.

3 minutes

Pourquoi il ne faut rien brûler dans son jardin

Maison

10 juillet 2020

Tontes de pelouse, branchages, feuilles mortes, etc. Chaque Français génère environ 160 kg de déchets verts par an. Alors qu’il est interdit de les brûler dans le jardin, 9 % continuent à s’en débarrasser ainsi. Pourtant d’autres solutions existent.

2 minutes