© Mirjana Ristic Damjanovic Miri

Comment économiser de l’énergie en appartement ?

Économies d'énergie

12 août 2020

Vous être propriétaire ou locataire d’un appartement et vous voulez réduire vos dépenses d’énergie ? Vous pouvez agir individuellement et proposer des améliorations à votre bailleur, votre syndic ou au conseil syndical.

4 minutes

Quand le chauffage et de l’eau chaude sont collectifs

Vérifiez que vous bénéficiez de la répartition individuelle des frais de chauffage

Vous recevrez alors régulièrement une note vous détaillant votre consommation. Pour mieux comprendre comment mettre en place cette répartition et ce qu’elle vous apporte, consultez notre fiche « L’individualisation des frais de chauffage ».

Si vous n’avez pas de compteur individuel, parlez-en au conseil syndical ou au syndic, c’est une installation obligatoire. La mettre en place permettra à chacun de payer en fonction de la chaleur qu’il consomme.

Maîtrisez votre consommation d’eau chaude

Votre consommation d’eau chaude est quasi systématiquement individualisée, car des compteurs individuels sont obligatoires pour les immeubles neufs depuis 1975 et pour les plus anciens depuis 1977 (à quelques exceptions près). La répartition des frais d’eau chaude est imposée par le décret du 19 juin 1975 complété par l’arrêté du 25 août 1976.
Vous payez donc uniquement ce que vous consommez. Pensez à adopter des comportements économes.

Attention aux radiateurs

  • Purgez-les : au dernier étage d’un immeuble par exemple, vos radiateurs peuvent se remplir partiellement d’air, ils chauffent mal, ou pas du tout, et sont bruyants. En début de saison de chauffe, ouvrez le purgeur (situé en haut du radiateur à l’opposé de l’arrivée d’eau) et évacuez l’air. Opérez soigneusement : l’eau contenue dans le radiateur est chaude et sale… et n’oubliez pas de refermer après usage ! Si vous ne constatez pas d’amélioration, le problème est ailleurs : parlez-en à votre gestionnaire ;
  • si vous habillez un émetteur (tablette, joues latérales, parement frontal), sachez qu’il chauffera moins la pièce. Il faut aussi que l’habillage soit fixé à plus de 10 cm de l’émetteur pour que l’air puisse circuler tout autour ;
  • ne touchez pas aux répartiteurs : vos radiateurs sont peut-être équipés de petits dispositifs appelés répartiteurs qui permettent de mesurer l’énergie que vous consommez pour chauffer votre appartement. Ils font l’objet d’un relevé annuel et ils ne nécessitent aucune intervention de votre part : n’y touchez donc pas !

Quand le chauffage et/ou de l’eau chaude sont individuels

Si dans votre appartement le chauffage et/ou l'eau chaude sont individuels (chaudière à gaz, électrique, ballon d'eau…), vous êtes responsable de ces installations.

Si vous notez des dysfonctionnements, si vous avez des questions, si vous souhaitez améliorer vos installations, parlez-en aux représentants du conseil syndical. Insistez également auprès de votre syndic pour mettre ces points à l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale.

Si vous êtes locataire

Contrairement aux idées reçues, vous pouvez agir directement sur la réduction des consommations d’énergie dans votre logement.

Signalez les défaillances

Signalez au gardien ou au gestionnaire de l’immeuble toute défaillance : eau ou chauffage trop chaud, éclairage des parties communes toujours allumé, pompes de chauffage en fonctionnement en été, etc.

Procédez à de petites réparations

Des équipements défectueux peuvent avoir un impact important sur vos consommations énergétiques (joints de fenêtres, flexibles de douche, bouche de ventilation, etc.) :

  • Calfeutrez les passages d’air autour des portes et des fenêtres grâce à des isolants en mousse ou en chiffon. Pourquoi ne pas se fabriquer un boudin de dessous de porte ? ;
  • gardez un œil sur le chauffe-eau. Une température de 55 °C à 60℃ suffit. Au-delà, la consommation augmente inutilement (30 % en plus pour une température de 80℃) ;
  • purgez vos radiateurs tous les 6 mois. S’ils sifflent ou cognent, c’est qu’ils contiennent de l’air et perdent en efficacité. La purge est une manœuvre simple, à effectuer avec soin ;
  • entretenez votre ventilation avant même de constater les premiers signes de défaillance (condensation, moisissures, bruit anormal) pensez à nettoyer les bouches d’aération. Et surtout, ne les bouchez jamais !

Sollicitez le propriétaire du logement pour l’inciter à réaliser des travaux d’efficacité énergétique

  • Sollicitez le propriétaire pour réparer ou changer des équipements devenus vétustes, dont l’utilisation est prévue au contrat de location (radiateurs, chaudière, installation électrique, etc.). Une chaudière mal entretenue peut consommer jusqu’à 12 % d’énergie en plus ;
  • proposez-lui des idées pour réduire les consommations d’énergie : comme une minuterie et des détecteurs de présence pour l’éclairage des parties communes ou d’instituer le « ralenti de nuit » (abaisser la température de 2-3℃ entre 23 h et 5 h du matin, soit 5 % d’économies) ;
  • informez votre propriétaire des avantages et intérêts à procéder à des travaux d’amélioration énergétique. Envoyez-lui un courrier, lui indiquant les économies d’énergies réalisables et le coût des travaux. Le logement sera valorisé par ces modifications durables et remportera un meilleur classement lors du prochain diagnostic de performance énergétique. Proposez à votre propriétaire de vous renseigner pour lui auprès des professionnels pour obtenir différents devis. Cela peut le convaincre de procéder à des travaux. Cependant, pour éviter les mauvaises surprises, prenez soin de bien formaliser les détails de cet arrangement par écrit ;
  • contribuez à des travaux d’amélioration énergétique. Si le propriétaire engage des travaux d’amélioration énergétique (ex : double vitrage, isolation par l’extérieur), il peut vous demander de contribuer aux coûts. Cette participation ne peut dépasser la moitié des économies estimées sur les charges, mais peut convaincre le propriétaire d’entreprendre ces travaux. Ce dispositif est « gagnant/gagnant » : vous voyez votre facture énergétique baisser et le bailleur ne supporte pas seul le coût des travaux.

Les obligations réciproques du bailleur et du locataire

Pour connaître les obligations et obtenir des conseils sur les droits et devoirs de chacun, faites appel aux Agences départementales d’information sur le logement (ADIL) : elles sont présentes partout en France et délivrent des conseils neutres et précis.

Accéder au site de l’Agence nationale pour l’information sur le logement

En cas de litige, vous pouvez saisir la Commission départementale de conciliation pour arbitrer le différend au regard de la loi, et éventuellement le tribunal d’instance.

Vous aimerez aussi

Que faire de mes déchets ?

Maison

3 juin 2020

Pour nous protéger et protéger notre planète, jetons nos masques, gants, mouchoirs et lingettes à usage unique dans les poubelles de rue ou, chez nous, dans la poubelle tout-venant. Ensemble, adoptons les bons réflexes.

1 minute

Pourquoi il ne faut rien brûler dans son jardin

Maison

10 juillet 2020

Tontes de pelouse, branchages, feuilles mortes, etc. Chaque Français génère environ 160 kg de déchets verts par an. Alors qu’il est interdit de les brûler dans le jardin, 9 % continuent à s’en débarrasser ainsi. Pourtant d’autres solutions existent.

2 minutes

Canicule : comment garder son logement frais ?

Maison

25 juin 2020

Des solutions existent pour garder la fraîcheur dans son logement. La climatisation n’est pas toujours incontournable. Et n’achetez surtout pas votre appareil dans l’urgence, vous risqueriez de faire un mauvais choix.

3 minutes