Brocante.
Fiedels

Acheter neuf, garder pour soi : et si on consommait autrement ?

Conso responsable

5 juin 2020

Pourquoi dépenser pour des produits si vite consommés, jetés ou oubliés ? Location, partage, récup… Avec l’explosion des applis et sites de consommation collaborative, les alternatives gagnent du terrain. Tour d'horizon.

2 minutes

La seconde main, de l’objet usuel à la perle rare

Si les petites annonces ont toujours existé, l’achat d’occasion connaît un vrai regain avec l’explosion des plates-formes en ligne qui facilitent la mise en relation des intéressés. Vêtements, meubles, électroménager, jouets… On les paie moins cher et on fait un geste écologique car on prolonge leur durée de vie.

Et les traditionnels vide-greniers, brocantes et bourses d’échange ne sont pas en reste, d’autant plus qu’on peut y échanger en direct, et donc sans longs transports ni suremballage. Pensez aussi aux boutiques Emmaüs ou aux ressourceries, on y trouve de petits trésors !

Toutes les bonnes adresses, sur le site longuevieauxobjets.gouv.fr.
 

Pour un jour, un mois ou un an.. : louez !

Longtemps réservé à des consommations occasionnelles (skis l’hiver, vélo l’été, déguisement pour une soirée, outils…), la location s’est désormais étendue à des produits de consommation plus courants. Avec ou sans option d’achat, on peut désormais louer des meubles, profiter d’un appareil numérique dernier cri et même louer des vêtements pour un certain temps ! 

 

« Mon » vélo, « ma » voiture …, c’est du passé !

Louer un vélo n’a rien de nouveau mais on peut désormais le faire juste le temps nécessaire grâce à des services de libre accès sur abonnement (Vélib’ à Paris, Vlove à Lyon…). Même chose pour la voiture avec l’autopartage qui s’est étendu aux particuliers. Ainsi, un propriétaire qui n’utilise son véhicule qu’en semaine peut le louer le week-end. Et pour maximiser l’usage d’une voiture, on peut aussi partager les trajets à plusieurs en covoiturant. L’avantage : plus on est nombreux à partager un même trajet, plus on fait des économies et moins on pollue.

 

Des réseaux locaux pour échanger entre particuliers

Jouets, vêtements, appareil à raclette, perceuse, aspirateur… Ils passent souvent de main en main entre proches et amis. Pourquoi pas entre voisins ? Les innombrables réseaux de voisinage sont là pour ça (Mesvoisins, Nextdoor, Smiile, Ensembl’…) ? Il existe aussi des applis ou des sites spécialement dédiés à l’emprunt entre voisins, avec ou sans contribution financière.

Autre possibilité pour mutualiser l’usage d’un bien : l’acheter à plusieurs, comme une tondeuse par exemple quand nos jardins sont mitoyens.

Toutes les solutions pour échanger vos objets sont sur le site longuevieauxobjets.gouv.fr.

 

100% gratuit, c’est possible aussi !

Don, troc, emprunt… Pas besoin d’échanges monétaires quand on choisit d’être solidaire. On peut aussi trouver son bonheur sans dépenser un centime. Quelques exemples : 

  • les boîtes à partage dans l’espace public qui accueillent des objets qui ne servent plus ou Bookcrossing qui fait circuler les livres de main en main ;
  • les petites annonces où tout est gratuit : www.donnons.org,  www.co-recyclage.com...
  • les systèmes d’échanges locaux (SEL) pour troquer des biens ou des services, à retrouver sur selidaire.org ;
  • des dispositifs comme le CouchSurfing pour trouver gratuitement un lit, un canapé, un repas chez l’habitant à l’autre bout du monde.

Et encore une fois, pour ne rien rater, rendez-vous sur le site longuevieauxaobjets.gouv.fr

 

Vous aimerez aussi

Gâteau jeté à la poubelle

Pourquoi gaspillons-nous autant de nourriture ?

Maison

23 mars 2020

Gaspiller ? Moi jamais ! Pourtant, chaque français jette en moyenne 30 kg d’aliments consommables par an (l’équivalent d’un repas par semaine), dont 7 kg encore emballés. Soit 100 euros par personne. Alors où sont ces gaspillages et comment les éviter ?

5 minutes